CRETE - octobre 2016

Heraklion
DSCN1071
En route vers le mont Dikti

Retour à de vieilles amours

Vivre à Moscou vous pousse irrémédiablement à prendre vos congés dans des lieux où la lumière et le ciel bleu règnent en maîtres. Alors quand il s'est agit de choisir une destination ensoleillée pour mes vacances d'octobre, la Grèce s'est présentée comme une évidence. Cela faisait plus de vingt ans que je n'étais pas retournée dans ce pays si cher à mon coeur. Entre l'âge de 19 et 29 ans j'étais allée à de nombreuses reprises à Athènes et dans les Cyclades, mais là j'allais découvrir la Crète pour la première fois et j'en étais enchantée. Cette île conjugue vraiment tout ce que j'aime : mer, montagne et sites historiques.

J'atterris donc à Héraklion, mais contrairement à de nombreux touristes je délaisse Hania (La Canée) et prends la route vers l'est pour m'installer dans un hôtel à Malia que je découvrirai le lendemain car la nuit est déjà tombée. Au matin je vais me promener dans la rue principale et c'est avec effroi que je découvre combien ce pays a changé ! Partout les magasins affichent dans leurs devantures des offres en russe, comble de l'horreur pour moi !!! Vite, vite je dois fuir d'ici pour explorer des endroits plus authentiques et préservés des touristes.

Je choisis donc de m'enfoncer dans les montagnes pour aller découvrir le mont Dikti où, selon les légendes antiques, serait né le dieu Zeus. Le vent souffle fort ce jour-là et les vallées sont recouvertes de brouillard, ce qui donne au paysage un petit air mystérieux idéal pour cette visite. Je rentrerai en passant par de jolis petits villages pittoresques.

Les jours suivants, je visiterai Agios Nikolaos, Agios Georgios où le petit musée d'art populaire crétois vaut le détour et le site archéologique de Gournia datant de l'époque minoenne et je finirai par Heraklion et la visite du fameux site de Cnossos absolument incontournable.

Durant cette semaine, j'ai retrouvé avec bonheur les saveurs de la Grèce que j'avais tant aimées : une cuisine colorée et parfumée, un rythme de vie où la sieste est un art, des gens chaleureux et généreux qui savent prendre le temps de discuter et de vous écouter et surtout les lumières du Sud à nulles autres incomparables.

Et cette fois encore, comme il y a 20 ans, je me suis sentie chez moi dans ce pays.

O Ελλάδα, πώς σε αγαπώ !

Mis à jour le 11/08/2018