DAGHESTAN - juillet 2018

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
Daghestan, une échappée au bord de la mer...

Devant rester en Russie cet été pour attendre mon visa de travail turc, je choisis quand même de m'échapper de Moscou pour une semaine de vacances avant de m'attaquer à la préparation de mon déménagement pour Ankara.

Je choisis donc d'aller à Makhatchkala (Махачкала)... Un nom improbable pour une ville située au Daghestan, cette petite république du nord Caucase de la Fédération de Russie.

Makhatchakala, je répète ce nom et il me plait et m'amuse déjà. Je m'envole donc pour cette ville dont j'ignore volontairement, absolument tout afin de pouvoir mieux la découvrir avec un regard surpris et plein de naïveté. Ce sont mes dernières vacances russes et je suis bien décidée à en profiter au maximum !

Makhatchkala, je dis ça à mes collègues dont certains pensent que je suis dingue car ils voient en cette destination le summum du sous-développement russe et surtout un nid de dangers plus terrifiants les uns que les autres ! Quant aux autres, ils n'osent rien dire sachant que je pars vivre en Turquie et que c'est encore bien plus effrayant que le Daghestan, ah ah ah !

A peine 2h30 de vol et nous arrivons déjà. Et tout en bas, elle est là... la Caspienne, cette mer qui me fait rêver depuis des années ! Vue d'avion, la ville n'a pas l'air très grande, mais elle s'étale le long de la côte. Sortie de l'aéroport - ou du moins ce qui y ressemble - je m'enfonce sur la banquette arrière d'une vieille Lada qui fait office de taxi... pas très officiel, hé hé !

J'ai quitté Moscou dans la grisaille, mais ici il fait grand bleu et chaud, les vacances commencent bien ! Je profite de la fin d'après-midi pour aller me balader au gré de mes pas et de mes envies. Irrésistiblement je suis attirée vers la mer... J'irai m'y baigner un peu plus tard. Ce qui me surprend c'est cette ligne de chemin de fer qui longe la promenade du bord de plage. Je traverse le pont pour rejoindre la plage, j'ôte mes chaussures et mes pieds goutent au bonheur des douces vagues qui les rafraichissent.

En rentrant à l'hôtel avec l'aide super efficace et gentille du personnel, je planifie une excursion pour la ville de Derbent et sa célèbre citadelle pour le surlendemain. Mais pour demain, ça sera une visite de la ville, découverte de la cuisine locale et flânerie en bord de mer et surtout la recherche d'un de ces fameux tapis du Daghestan.... que je trouverais finalement au marché Izmaïlovo de Moscou chez une femme daghestanaise, un comble !

Makhatchkala n'est pas une ville que je qualifierai de belle, néanmoins elle a un certain charme et il fait bon se promener dans ses nombreux parcs et sur la promenade  le long de la plage. Quant à sa cuisine, j'y découvre une viande de mouton à nulle autre pareille, tendre, fondante, délicieuse et avec un goût incomparable.

Quinze minutes de taxi jusqu'à la gare routière, puis 2h de marchroutka et me voilà en route pour Derbent... sous un soleil écrasant. Ma première visite sera pour la citadelle. Derbent est la plus vieille ville de Russie, 5000 ans av J.C. selon les premières traces d'occupation du site, retrouvées sur place. Après une marche par plus de 35° qui me semble interminable, j'arrive enfin en haut de la citadelle et là, waouh, la vue est à couper le souffle. Je suis surprise du peu de touristes que je croise sur ce site merveilleux. Après deux bonnes heures à me promener, reposer, rêvasser à l'intérieur des murailles, je redescends vers la ville et je flâne dans les ruelles de la vieille ville. Je visite l'ancienne église arménienne transformée en musée local, puis la synagogue. Cette ville a vraiment beaucoup à offrir au visiteur qui sait prendre le temps de la découvrir, de se laisser séduire par son rythme lent ponctué du chant des cigales.

Enchantée par ma journée à Derbent, de retour à l'hôtel, toujours aidée par les recéptionnistes, j'essaie de programmer une excursion au canyon Sulak... malheureusement sans véhicule cela s'avère bien compliqué. A contre coeur, je dois donc y renoncer. Tant pis, je profiterai plus longtemps de la plage et de la douceur de Makhatchkala...

Un peu frustrée de n'avoir pu découvrir les montagnes, je m'envole pour Moscou avec néanmoins plein de beaux souvenirs de ce pays charmant aux gens si accueillants et c'est sûr, je reviendrai dans le Caucase... et cette fois pour un plus long séjour !

Mis à jour le 27/07/2018