BRUXELLES 2004-2006

Bruxelles par amour...

 

C'est la rencontre avec un Belge qui m'a fait m'expatrier en Belgique. Pour moi qui vivais à Limoges et avais vécu à Toulouse, ce grand nord était une terra incognita ! Après deux années passées à faire des aller-retour entre le Limousin et la capitale belge, j'ai finalement franchi le pas et me suis installée à Bruxelles, en couple chez mon compagnon. Mais après les premières semaines idylliques, la recherche d'un emploi s'avéra plus difficile que prévue et les démarches administratives aussi, car bien que faisant partie de l'Union européenne, la Belgique oblige les ressortissants européens à avoir un titre de séjour et pour ce faire il faut justifier de ressources nécessaires afin de pouvoir rester sur le territoire. Bref, après un premier job à temps partiel, j'ai fini par décrocher un CDI dans une association d'alphabétisation, en tant que formatrice d'abord, puis conseillère pédagogique.

Tout allait pour le mieux côté emploi, c'est alors que tout a commencé à se dégrader côté amour et relation. C'est une chose de se voir un week-end sur deux et durant toutes les vacances, c'en est une autre de vivre ensemble la routine du quotidien ! Donc après deux années passées à Bruxelles, nous nous sommes séparés et j'ai quitté cette ville que j'avais appris à aimer profondément, à laquelle je me suis attachée et où j'ai trouvé des ami(e)s formidables qui font, qu'aujourd'hui encore, dès que je le peux, je retourne en Belgique.

J'aime cette ville pour sa qualité de vie, son architecture, sa gastronomie, mais surtout pour la gentillesse, l'humour et la générosité des Belges ! Et puis j'ai découvert que l'expression "m'enfin" n'est pas spécifique à Gaston Lagaffe, que la langue française est multiple, que le Manneken Pis est tout petit et adorable, que le "pain grec" de chez Dandoy n'a rien de grec et que finalement j'aime la bière... quand c'est de la Kriek !

Mis à jour le 13/08/2018

Bxl 01.jpg
dandoy.jpg
Hauptmarkt_Trier_SK.jpg
Ralingen.jpg

ALLEMAGNE-Trèves 2006-2012

Trèves par choix... économique !

 

C'est notre séparation et d'avoir trouvé un travail dans une école de langues au Luxembourg qui m'a conduite jusqu'en Allemagne. C'est aussi parce que le prix des loyers est exhorbitant que je m'installe outre Rhin, ou plutôt outre Moselle, hé hé ! Alors après avoir vécu de longues années en ville, cette fois je choisis de vivre à la campagne dans un petit village à la frontière luxembourgeoise, à une quinzaine de kilomètres de Trèves. Je retrouve un pays que j'aime particulièrement et c'est un bonheur d'y vivre au quotidien. Je découvre Trèves (Trier), la plus ancienne ville d'Allemagne avec ses vestiges gallo-romains et les bords de la Moselle tellement agréables pour y faire de longues randonnées à vélo.

Lorsque qu'en 2007 mon contrat se termine, je fais le choix de rester en Allemagne et de continuer à travailler au Luxembourg, mais en freelance cette fois. Bien sûr cela m'oblige à faire plus de 1700 km par mois seulement pour le travail, mais je savoure la liberté que m'offre cette nouvelle manière d'organiser mon temps et mon travail. Et je peux alors vraiment jouir de cette vie à la campagne le week-end et profiter pleinement de la piste cyclable qui passe devant chez moi et qui longe la Sûre. Bref, c'est une vie tranquille que je coule dans ce petit village pendant plusieurs années. Et puis en 2009 je voyage en Mongolie et ce séjour de trois semaines au contact des nomades et des chamans me touche plus que je ne l'avais attendu. Alors je n'ai qu'une envie, y retourner ! C'est ce que je fais en février 2011, c'est alors que naît l'idée d'aller y vivre...

Il me semble que j'ai fait mon temps en Allemagne et surtout que j'ai fait le tour de cette expérience professionnelle en tant que prof freelance. En août 2012, je clos mon chapitre germanique...

Mis à jour le 31/08/2018