KIRGHIZSTAN 2012-2013

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
530204_4467768974629_943212066_n
530204_4467768974629_943212066_n
press to zoom
554838_4530994475227_2001762670_n
554838_4530994475227_2001762670_n
press to zoom
545483_4819148438896_1912631971_n
545483_4819148438896_1912631971_n
press to zoom
260083_4595561449361_1641061691_n
260083_4595561449361_1641061691_n
press to zoom
311137_4819157799130_82017788_n
311137_4819157799130_82017788_n
press to zoom
69362_4819154679052_803703628_n
69362_4819154679052_803703628_n
press to zoom
248850_4946286057257_1273755013_n
248850_4946286057257_1273755013_n
press to zoom
297036_4467776814825_917786511_n
297036_4467776814825_917786511_n
press to zoom
264623_4467708853126_676766333_n
264623_4467708853126_676766333_n
press to zoom
Le Kirghizstan, par défaut.

C'est une chose de voyager, c'en est une autre de choisir de s'expatrier pour vivre dans un autre pays. Mais au printemps 2012, après six années passées en Allemagne, j'ai décidé de partir. Et loin de l'Europe cette fois. Il me fallait donc me séparer de tout : meubles, livres, vaisselle, bibelots... tout un pan de vie dont je devais me délester. Pas simple de ne garder que l'essentiel ! Comment résumer sa vie en trois valises, et deux grosses caisses ?

Je voulais retourner en Mongolie mais n'y ayant pas trouvé de travail  pour pouvoir envisager de m'y expatrier, en août 2012 c'est donc au Kirghizstan que j'ai choisi de partir. Promesse d'un travail à l'université internationale du Kirghizstan de Bichkek avec logement gratuit, c'est donc pleine d'espoir et de joie que je m'envolais vers ce pays dont j'ignorais tout... et ce, pour une année !

L'accueil à l'aéroport et les premiers jours furent très prometteurs, mais au fil des semaines, ce beau rêve s'est transformé en véritable cauchemar !

En effet, l'appartement gratuit s'est révélé être une chambre dans un appartement quasi insalubre à partager avec 3 jeunes profs chinoises. Du coup, la directrice de l'université, qui m'avait recrutée, me proposa son studio à louer... à un prix supérieur au salaire que me versait l'université ! Bref, après 6 mois de galères non-stop, je décidais de quitter ce job et ce pays !

Malgré toutes ces difficultés, j'ai rencontré des gens charmants qui m'ont aidée et je garde de ces six mois passés au Kirghizstan une très belle amitié. Merci Naguima !!!

Par ailleurs, ayant perdu beaucoup d'argent durant ce semestre de survie, j'ai du faire appel à la solidarité pour pouvoir quitter ce pays et aller en Mongolie. Une fois encore je voudrais ici exprimer toute ma gratitude à toutes celles et ceux qui m'ont aidée, soutenue, encouragée. Tout ceci est gravé à jamais dans mon coeur et fait qu'aujourd'hui je suis qui je suis.

AVEC TOUTE MA GRATITUDE ET MON AMOUR !!!