MOSCOU 2015-2018

press to zoom
Marché Ismaïlovo
Marché Ismaïlovo
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
Kremlin
Kremlin
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
Moscou, par la force des choses…

 

Depuis septembre 2015 je vis à Moscou et cela ne s’est pas vraiment fait par choix. En effet, je voulais m’installer en Sibérie afin d’y poursuivre mon chemin d’initiation chamanique, mais l’Univers et les Esprits en ont décidé autrement, puisque je n’ai pas réussi à y trouver un emploi qui m’aurait permis d’y vivre.

C’est donc un job à 35 km de Moscou qui s’est d’abord présenté à moi, la première année. Puis, rapidement, ce travail dans ce village fermé, coupé du monde et de la vraie vie, pour russes ultra riches s’est révélé monotone et inintéressant. Je décidai donc d’en changer et aujourd’hui je travaille pour l’école allemande de Moscou où je m’épanouis pleinement… même si j’ai toujours un peu de mal avec Moscou.

Ce n’est pas que je ne lui trouve pas de charme, au contraire, c’est une ville qui vaut vraiment le détour, ne serait-ce que pour sa Place Rouge où j’aime à flâner et me ressourcer longuement. J'ai même quelques endroits favoris, comme le marché Ismaïlovo, par exemple. Non, c’est autre chose… le froid, la grisaille, la froideur de ses habitants, tout ceci combiné au manque de luminosité de son hiver long et gris, me rendent Moscou de moins en moins supportable. Au point que j’envisage de ne pas aller jusqu’au terme des 3 ans de mon contrat de travail… Puisqu’un autre pays m’appelle et qu’une vraie histoire d’amour est en train de se développer entre nous depuis plus d'un an an !

Mis à jour le 08/08/2018

J'ai donc quitté Moscou en septembre 2018 pour aller vivre à Ankara, mais j'y suis revenue à deux reprises. D'abord en octobre pour mon visa de travail turc, puis en mai 2019 pour une semaine de vacances et c'est là que j'ai finalement réalisé combien j'aimais cette ville. Mais je crois que cet amour pour Moscou est très lié à la belle amitié qui s'est développée entre D. et moi et à tout ce qu'elle m'a fait découvrir de la ville.  Et puis j'ai réalisé combien mon travail en tant que prof de français à la DSM (Deutsche Schule Moskau) avait été une superbe expérience non seulement professionnelle, mais aussi humaine et j'en garde un merveilleux souvenir. D'ailleurs en rendant visite à mes anciens collègues et élèves, j'ai compris ce que signifiait être appréciée et reconnue dans son travail et ça fait vraiment chaud au coeur !

En fait Moscou est bien à l'image des Russes : froide d'apparence et il lui faut du temps pour se laisser apprivoiser et apprécier !

Mis à jour le 29/05/2019