Rechercher
  • Sof'

J’VEUX D’LA VISITE !


Turquie : Cappadoce

Il y a dans la vie d’un expat des moments particuliers et importants et parmi ceux-ci figurent les visites des amis et de la famille. S’expatrier, c’est un choix de vie un peu spécial où l’on doit accepter d’être loin des siens, de ceux qui nous sont chers. Et en choisissant de partir, nous leur imposons aussi cet éloignement.

Bien sûr, aujourd’hui nous avons à notre disposition tous ces moyens de communication ultra rapides qui nous permettent de rester en contact, de parler, de nous voir derrière nos écrans... N’empêche rien ne remplace les rencontres réelles, les retrouvailles où l’on partage de longues conversations, des rires, des souvenirs. Alors quand l’un ou l’autre de nos proches décide de venir nous voir, c’est une explosion d’émotions et de sentiments divers qui nous envahit. D’abord la joie de les revoir, le bonheur de retrouver des liens forts qui parfois nous manquent dans notre pays d’adoption et puis il y a aussi la fierté de faire découvrir ce pays pour lequel, justement, on a choisit de s’expatrier.


Turquie, Konya

Et lorsqu’en octobre dernier ma meilleure amie russe, qui est comme une sœur pour moi, m’a annoncé qu’elle venait me voir ici à Ankara, dans cette Turquie où il n’y a pas la mer, ça a été une explosion de bonheur dans tout mon être ! Et aussitôt, je lui ai concocté un programme d’excursions et de visites pour qu’elle apprécie ce pays autant que moi. Je voulais tellement lui faire découvrir d’autres aspects de la Turquie, de cette Turquie loin des plages et de ces grands complexes hôteliers de la côté. Alors nous sommes allées en Cappadoce, nous avons traversé des petits villages anatoliens, puis nous avons pris la route pour Konya. Et j’ai été ravie qu’elle voie cette autre facette de ce pays qui me tient tant à cœur.

En effet, si nous avons choisi de nous expatrier, il faut bien justifier notre choix aux yeux de nos proches et quelle plus belle satisfaction quand ils apprécient, presque autant que nous, ce pays que nous leur faisons visiter et qui, pour un temps est devenu un peu le nôtre. L’expatriation c’est ça aussi, faire aimer un pays qui n’est pas le nôtre et qui pourtant ne nous est plus tout à fait étranger.

Alors oui, je le dis et le répète : j’veux d’la visite... même si j’ai pas passé l’balai et que j’ai pas d’liqueur au frais !

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout